top of page
Rechercher

3 idées reçues sur le burn-out

Dernière mise à jour : 19 mars

Bien que de plus en plus répandu, le burn-out est encore assez méconnu et peut parfois être mal compris par l'entourage personnel et professionnel des personnes qui en souffrent.


Plus qu'une simple fatigue passagère, il s'agit d'un syndrôme d'épuisement total physique, mental et émotionnel, qui dure dans le temps, et qui est dû à un trop "de tout" pendant trop longtemps (activités, travail, stress, pensées, hyper-connexion, manque de sommeil, etc.). Ayant atteint ses limites et "consumé" toutes ses ressources, le corps se met soudainement sur "OFF" et est alors incapable de continuer à fonctionner normalement.


Voici des réponses à 3 idées reçues pour tenter de mieux appréhender le burn-out :


  1. "Le burn-out est forcément lié au travail" FAUX : s'il est vrai que le burn-out trouve très souvent sa source ou son déclencheur dans le milieu professionnel (surcharge de travail, stress chronique, conflits de valeurs, relations toxiques, harcèlement...) dans beaucoup de cas c'est un mélange de tout (pro et perso). Il peut d'ailleurs survenir dans la vie de tous les jours, suite à une surcharge d'activités (burn-out parental, burn-out d'accompagnants...).

  2. "Le burn-out touche seulement des personnes fragiles psychologiquement" FAUX : sans généraliser, les personnes touchées par le burn-out sont souvent des personnes enthousiastes, fortes, talentueuses, performantes qui travaillent beaucoup et s'investissent sans compter. Elles ont l'impression qu'elles ont le devoir et la capacité de tout gérer, se dévouant corps et âme aux autres (travail, famille, amis...).

  3. "Une semaine de vacances et on n'en parle plus !" FAUX : si le repos est indispensable, il ne suffit pas. Après un burn-out, les réserves du corps étant complètement épuisées, une longue période de repos complet et un suivi médical sont nécessaires. Un accompagnement pluridisciplinaire permet de récupérer plus rapidement (médecin, psy, naturopathe, sophrologue, coach, ...). En moyenne au moins 6 à 12 mois sont nécessaires pour retrouver un rythme normal.


Enfin, se remettre d'un burn-out nécessite souvent des changements significatifs dans le mode de vie, l'organisation personnelle et professionnelle, et la gestion du stress pour rétablir l'équilibre. Une thérapie psychocorporelle comme la sophrologie* est intéressante en accompagnement de ces changements.


*La sophrologie ne se substitue pas à un traitement médical ou psychologique. En cas de burn-out déclaré, il est recommandé de consulter un médecin pour une évaluation approfondie et un plan de traitement adapté.

31 vues0 commentaire

Comments


bottom of page